*
logo-perle
blockHeaderEditIcon
A-communes
blockHeaderEditIcon


15'000 exemplaires  sont distribués dans 5 nouvelles communes: 
Bière - Buchillon - Etoy - Saint-Livres - Lavigny

 4 fois par an, dans ces communes:
 

Allaman - Aubonne - Bougy-Villars - Bursinel - Bursins - Dully - Essertines-sur-Rolle
Féchy - Gilly - Gimel - Luins - Mont-sur-Rolle  - Montherod -
Perroy - Pizy - Rolle - Saint-George - Saint-Oyens - Saubraz - Tartegnin - Vinzel


► NOTRE SONDAGE VOITURE 


 

Une belle histoire de famille 

Sandra Jaquillard: l’art et le pilotage automobile, 2 passions qui se rejoignent.


 

Comment Sandra est arrivée à la course automobile ?
Comment Sandra est arrivée à la course automobile ? Son papa a participé à un concours dans un journal avec la possibilité de gagner un cours de pilotage sur le circuit du Castellet. Son but étant de l’offrir à sa femme,
celle-ci n’étant pas intéressée, c’est Sandra qui en a bénéficié ! En parallèle à ses études aux beaux-arts de Genève, elle a tout essayé ou presque en matière de course automobile. Ce sont deux mondes passionnants qui peuvent sembler très lointains. Pour Sandra, NON. L’un se nourrit de l’autre, l’un engendre des développements dont l’autre peut en bénéfi cier. Une interconnexion totale !
Sandra a couru sur des circuits fermés. La pilote et son engin font corps; l’osmose doit être totale avec sa voiture. Elle a également été « ouvreuse » en rallye pour ses parents. Cela consiste à repérer la route 1h à 1h30 avant la course et transmettre de manière la plus possible les pièges, les obstacles à prendre en considération. C’est un travail de grande confi ance où le mot anticiper est le plus important pour que les pilotes aient la plus haute sécurité. En une heure la météo peut changer, les voitures ayant passé avant peuvent avoir freiné en laissant du gravillon, de la terre. Il y a peut-être de l’huile sur la chaussée. Tout cela est à prévoir.
Les courses de rallye en route fermée demandent partage, responsabilité et confi ance totale avec le ou la co-pilote. Sandra a expérimenté les deux côtés.
Imaginez une reconnaissance de la montée du Marchairuz, un jour de soleil, celui-ci peut nous éblouir. Le jour de la course il y a des zones avec un brouillard très dense. Que va-t-il ou que peut-il se passer ?
Le pilote a intérêt à avoir de très bonnes notes ainsi que des points de repères qui permettent au co-pilote d’énoncer les virages et pièges à venir au bon moment.
Car en plus du tracé, il y a le chrono qui tourne et une voiture peut atteindre une vitesse de plus de 200 km/h. Le droit à l’erreur n’existe pas.
Sandra a aussi pratiqué des slaloms ce qui est idéal pour apprendre la technique, ainsi que des courses de côte. 
Elle a couru avec plusieurs voitures : Saxo Gr.N, Saxo Cup, Clio Cup, Porsche GT3 Cup qui est un monstre, un boeing, une bête sauvage qu’il faut apprendre à dompter.
Grâce à son papa mécano, à sa maman (« l’amortisseur »), à ses amis, à des mécènes-sponsors couvrant certains frais, Sandra a pu concourir plusieurs années, jusqu’en formule « monomarque ».
Pour elle, c’est un sport complet. Il faut travailler avecsa tête, être instinctive tout en étant accompagnée de sa bonne étoile !
Il faut être en bonne condition physique et mentale. Bien connaître ses points forts et ses points faibles pour maintenir l’équilibre. Gérer son stress, tout en sachant que pendant la course l’adrénaline est là et que l’instinct
de survie est à vif. Celui-ci sert à protéger la pilote, qui est prête à réagir. La peur est aussi toujours bien présente et il ne faut jamais l’enlever.
Piloter une voiture, ne serait-ce pas piloter sa vie, avec juste un morceau de carrosserie autour ? L’art permet « d’enlever » cette zone de protection pour permettre à l’être de se libérer et d’être soi-même.

Monique Carole Denoréaz

Christiane Jaquillard, co-pilote de Christian dans la vie, comme dans la passion automobile

Monique Carole Denoréaz

Christian Jaquillard dit « Jonquille », émérite coureur découvre la course à 15 ans sur le circuit de Lignières en remplaçant un ami. Cette passion de l’automobile débute à 5 ans quand son grand-papa postier lui laisse tenir le volant de sa deux-chevaux. A  l' adolescence, il lui « emprunte » la voiture du dimanche et il parcourt les routes sinueuses de la région. Le grand-papa a longtemps cherché la fuite d’essence de sa voiture !

A 19 ans, il est déjà père de sa première fille et les responsabilités commence. Il termine son école des métiers en mécanicien-électricien en arrivant 1er du canton. Sa femme exerce le métier de courtepointière.

Il reconnaît que c’est grâce à elle qu’il a pu s’exprimer et aller si loin dans sa passion. Il me raconte : « Ma femme est extraordinaire, je suis fougueux et hyperactif, elle est mon contraire, nous sommes comme une batterie avec les deux polarités le + et le -. Nous nous complétons parfaitement! ».

Pour ouvrir son premier garage à Tartegnin, il travaille 18 h par jour, en servant de l’essence dans une station sur l’autoroute. Son point d’honneur est de ne pas avoir de dettes. Son épouse entame sa carrière de « co-pilote » d’abord en semaine : avec ses deux enfants, sa profession, la gestion du ménage, celle du garage et toute l’administration qui en découle. Le week end se poursuit avec sa passion : le co-pilotage en course automobile. Le tout à 200km/h !

De 1979 à 2011, elle est 5 fois championne de Suisse. Le rôle de la co-pilote est le plus ingrat. Christian a toujours eu la confiance totale de son épouse dans la prise et la lecture des notes. Il n’aurait pas supporté l’intonation d’une autre voix dans son oreille lors de la transmission de celles-ci. Si le pilote détecte de la peur ou des hésitations, le reste de la course peut en subir les  les conséquences.

En 1993, il reprend le garage avec son épouse. Actuellement, c’est sa fi lle Stéphanie qui en assure la gestion.

Nous pouvons dire que Christian Jaquillard a couru dans toutes les disciplines possibles comme, les rallyes, les courses de côte, les circuits, en championnat d’Europe ou de France, la Porsche Cup, en monomarque. Les victoires ont souvent été au rendez-vous grâce à une hygiène de vie stricte et la plus intime connaissance de ses voitures. L’homme et la machine ne font qu’un.

A l’heure actuelle, Christian Jaquillard concourt toujours, certes avec des jeunes en face, mais comme un certain « Rodger », c’est l’expérience acquise au fil des ans qui fait la différence. Pour sûr qu’il peut compter sur ses fans et femmes supportrices et team aguerries de la première heure !

Le couple Jaquillard
Christiane co-pilote et Christian pilote



 

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail