*
logo-perle
blockHeaderEditIcon
A-communes
blockHeaderEditIcon


15'000 exemplaires  sont distribués dans 5 nouvelles communes: 
Bière - Buchillon - Etoy - Saint-Livres - Lavigny

 4 fois par an, dans ces communes:
 

Allaman - Aubonne - Bougy-Villars - Bursinel - Bursins - Dully - Essertines-sur-Rolle
Féchy - Gilly - Gimel - Luins - Mont-sur-Rolle  - Montherod -
Perroy - Pizy - Rolle - Saint-George - Saint-Oyens - Saubraz - Tartegnin - Vinzel


► NOTRE SONDAGE VOITURE 


 

Josephine Byrne Garelli : du cœur et de la compétence au service de notre communauté.

 

Josephine Byrne Garelli marie parfaitement l’accent de sa terre d’origine l’Irlande avec celui de sa terre d’adoption le canton de Vaud. C’est en effet en 1979 qu’elle arrive en Suisse avec son diplôme d’infirmière. Déjà à l’époque, cette profession souffrait de pénurie dans notre pays.

Après quelques années de pratique, elle s’aperçoit que la profession médicale est à la fois une école de vie et une école de pensée. Elle permet de structurer la manière d’aborder les problèmes et elle se dit qu’elle peut également appliquer ses compétences au service de la chose publique.

Elle commence à s’intéresser à la vie de notre commune à travers l’association « Entraide Familiale » où elle contribue à créer une structure et un réseau pour ses membres. C’est aussi le contact avec les gens qui la passionne. Dans l’entraide familiale, la livraison des repas à domicile permet de rencontrer ceux qui sont dans le besoin.

Depuis les années 90, il n’y a malheureusement plus assez de bénévoles pour faire cette tâche. En effet les femmes ont intégré de plus en plus le marché du travail - ce qui est un bien - tandis que les grands-parents continuent à être actifs et sollicités par plusieurs occupations. Actuellement, il est difficile de trouver des bénévoles ayant un véhicule et qui peuvent entre 10 heures et 11 heures du matin livrer des repas à domicile ; donc, s’il y a des vocations…

Son mari est le professeur Stéphane Garelli, de l’université de Lausanne et de l’IMD, une des première business school internationale. Dans sa spécialité, la compétitivité internationale des entreprises et des nations, il aborde les grands défis économiques et sociaux de notre monde. Il est également le président du journal Le Temps. Inutile de dire, qu’à la maison les conversations entre les deux sont animées et passionnantes.

En 2011, Josephine Byrne Garelli a été élue municipale de la ville de Rolle et a assumé cette fonction jusqu’en 2016. Pendant cette période, elle a assumé de grands chantiers comme le projet d’extension et de rénovation du port, l’extension du Martinet, la crèche garderie la Barcarolle et l’UAPE Arc en Ciel. Ces travaux lui ont permis de continuer à développer ses capacités d’organisation et de planification. Elle est aussi responsable pour les naturalisations, dont les demandes ont explosés suite à la votation du 9 février 2014, et de la Commission d’Intégration Suisse Etrangers.

Sa présence sur les chantiers lui a permis de gérer les conflits d’agenda et de personnes qui sont inévitables dans de si grands projets et elle s’est entièrement dévouée à cette tâche. Il en est résulté un magnifique travail d’équipe avec tous les personnes impliquées : collègues, collaborateurs et architectes et corps de métier.

Depuis 2015 Joséphine Byrne Garelli est également présidente de l’AdCV (Association de Communes Vaudoises) qui regroupe 73 communes membres. Les thématiques majeures sont la péréquation intercommunale, la réforme de la fiscalité (RIE III), la nouvelle loi sur l’aménagement du territoire (LAT et PDCn) et la réforme dans le domaine de la santé (Réseaux de Santé).

Ce dernier point lui tient particulièrement à cœur, notamment les soins à domicile pour les seniors. Le canton de Vaud s’applique à vouloir garder le plus longtemps possible les personnes âgées chez elles. Les baby-boomers arrivent en masse à la retraite. Même si cette génération est en meilleure santé physique et intellectuelle, il faut quand même préparer le terrain pour une vieillesse heureuse.

Pour cela, il faut créer de nouvelles infrastructures de santé tout en trouvant le financement et les compétences au niveau des équipes d’infirmières et aides d’infirmière volantes, ainsi que des équipes de garde. Il faut aussi continuer de développer les soins palliatifs à domicile afin que la fin de vie se passe dans les meilleures conditions possibles sans que la personne soit nécessairement hospitalisée, ce qui peut créer un ultime traumatisme.

Un autre projet intéressant en préparation est celui de la télémédecine. Il devrait permettre aux médecins de rester en contact avec leurs patients où qu’ils soient et sans nécessiter que ceux-ci se déplacent alors que leur mobilité est réduite et que les hôpitaux sont souvent engorgés.

Le rôle d’infirmière reste central dans cette réforme. D’après Josephine Byrne Garelli, il doit être revu de fond en comble afin de tenir compte des lourdes réalités de ce métier. Il est souvent incompatible avec la vie familiale et reste très pénible en charge physique et émotionnelle. En Suisse, 40% du personnel infirmier est engagé depuis l’étranger et une infirmière ne reste en activité que quinze ans. Trop souvent, les infirmiers et infirmières sont victimes de « burn-out ». De plus, notre société n’accorde pas toujours la reconnaissance que mérite cette profession.

Une idée serait de créer des postes à 100% dans les services exigeants, mais qui seraient travaillés à 80%. Cela permettrait d’accroître l’attractivité de ce métier et d’éviter que notre système de santé doive sans cesse recruter à l’étranger pour trouver les personnes disponibles et compétentes.

Aujourd’hui, Josephine Byrne Garelli ouvre une nouvelle page dans sa vie politique. Elle vient d’être élue députée au Grand Conseil vaudois et tout porte à croire que là aussi elle saura apporter toute sa compétence et tout son cœur à des projets qui toucheront l’ensemble de notre canton.


Monique Carole Denoréaz, co-écrit avec Joséphine Byrne-Garelli

 

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail